Assemblée générale : Contester une résolution en ayant voté pour ?

Question du jour : Un copropriétaire ayant voté en faveur de certaines résolutions peut-il contester une assemblée qui n’a pas respecté le délai entre la remise de la convocation et l’assemblée générale prévue dans l’article 9 du décret du 17 mars 1967 ?

Une nouvelle réponse est apportée sur la contestation d’un procès verbal. Le 14 mars dernier, la cour de cassation a donné raison au syndicat des copropriétaires qui l’opposait à une SCI.

Contexte

Une SCI a souhaité déclarer nulle l’assemblée de sa copropriété en s’appuyant sur le motif du non respect du délai légal de convocation par le syndic, raison potentiellement valable pour déclarer la nullité de l’assemblée. La convocation doit être notifiée au moins 21 jours avant la date de la réunion (sauf si le règlement de copropriété prévoit un délai plus long).

Bien qu’étant présent à cette assemblée, la SCI demande la possibilité de contester les décisions au même titre qu’un opposant ou défaillant (copropriétaire absent non représenté).

Note : La SCI a voté en faveur de certaines résolutions lors de cette assemblée.

Verdict

La cour de cassation a déclaré irrecevable la demande de la SCI sur l’annulation des décisions prises lors cette assemblée générale. La SCI n’étant pas opposante aux résolutions, elle ne peut prévaloir au droit de contestation de celles-ci. L’assemblée générale est donc jugée valable.

Conclusion

Seuls les copropriétaires opposants aux résolutions et défaillants peuvent disposer d’un droit de contestation. Les autres ne peuvent user d’un droit de contestation quand bien même la convocation n’est pas envoyée dans le délai légal.

Source